mercredi 8 mars 2017

Savoirs et clinique - Numéro 2017/1 - n° 22 - Sexe, savoir et pouvoir

Erès - Mars 2017


Comment la clinique analytique affronte-t-elle ce qui nous dépasse dans le sexe, le savoir et le pouvoir ? En quoi les évolutions de la théorie nous permettent-elles de nous orienter dans l’écheveau formé par ces trois concepts noués par le langage et l’écriture ? Le savoir s’appuie sur le langage. Le pouvoir n’est pas pensable sans l’usage du signifiant, ce dont Lacan tient compte avec son concept du « signifiant maître », qui à la fois représente le sujet et est au service de l’ordre dominant. Les hommes et les femmes ne se rapportent pas de la même façon au langage : les femmes ne se rangent pas à part entière dans le domaine défini par la fonction phallique, censée soumettre tout un chacun à sa législation castratrice. Tout choix reposant sur un acte de langage, le signifiant accorde à une femme – ou un homme – une marge de liberté pour choisir son sexe malgré l’anatomie de son corps (ce qui ne veut pas dire qu’il ou elle en fasse abstraction).
Pourquoi souhaiter donner au savoir le privilège sur les deux autres ? Un savoir peut-il exister sans pouvoir ? Le sexe lui aussi, par le biais de la libido, participe à la production de savoirs (sublimation ou symptôme créateur – « sinthome »).

Page 7 à 13 : Franz Kaltenbeck, Monique Vanneufville - Éditorial | Page 14 à 24 : Geneviève Morel - Vivons-nous dans une ère post-phallique ? | Page 25 à 33 : Néstor A. Braunstein - L’œuvre d’amour à l’époque de sa reproductibilité technique | Page 34 à 43 : Marcela Iacub - La domination sexuelle des femmes | Page 44 à 53 : Michael Meyer zum Wischen - Nathalie St/G-R-Anger et l’inquiétante étrangeté de la maison des femmes | Page 54 à 63 : Christine Louchard Chardon, Yves Morhain - L’adolescent et le couple de ses parents | Page 64 à 76 : Franz Kaltenbeck - Perversion et psychose I Leurs différences et leurs interférences dans l’œuvre de Freud | Page 77 à 87 : Diane Watteau - Ne me touche plus ou Rien ne va plus entre sexe, pouvoir et savoir | Page 88 à 96 : Diana Caine - Le cas du patient G : traumatisme cérébral, psychose et psychanalyse | Page 97 à 104 : Caroline Gault - Image du corps et chirurgie bariatrique | Page 105 à 114 : Boris Chaffel - Naturalisations : deuil et violence coloniale | Page 115 à 118 : Aline Bourjot - « Que moi » | Page 119 à 124 : Geneviève Morel - Critique de film | Page 125 à 134 : - Comptes rendus de lecture.

Aucun commentaire: